Le vernis, comment ça marche ?

Que se passe-t-il quand on applique notre vernis préféré ? On vous explique tout dans cet article.

Chez Manucurist, on aime la transparence : on est persuadé que la cosmétique ne doit pas être opaque. C’est dans cette logique que l’on vous partage notre blacklist d’ingrédients sur notre page Philosophie. Cela nous permet de vous expliquer par quoi on remplace ces ingrédients controversés et leur utilité dans la formule.

Mais cela ne suffit pas toujours à comprendre comment marche un vernis. Quelle est la différence entre un vernis Green classique et un semi-permanent Green Flash ? Et le dissolvant Green dans tout ça ? Voici donc un article qui vous permettra d’y voir plus clair !

 

Le vernis Green classique, une histoire d’évaporation

Essayons tout d’abord de comprendre de quoi est composé un vernis Green.

🌱  Les solvants

Les solvants constituent la part la plus importante d’un vernis : ils permettent d’obtenir une formule homogène et liquide. Dans les vernis Manucurist, ces solvants sont le butyl acetate et l’ethyl acetate ; ils sont tous les deux bio-sourcés (pour en savoir plus sur le bio-sourcé, consultez notre article dédié).

✨  La nitrocellulose

La nitrocellulose est ce qu’on appelle un agent filmogène : il va créer une pellicule lisse, brillante et qui sèche rapidement.

💅  Les résines

Dans les vernis classiques Green, on peut également trouver des résines qui permettent l’adhérence de cette pellicule sur l’ongle.

💪  Les plastifiants

Les plastifiants, quant à eux, rendent le film de nitrocellulose élastique, ce qui améliore la tenue : ainsi le vernis ne se fissure pas et s’écaille donc moins facilement.

🎨  Les pigments et la bentonite

Les pigments et nacres (notés CI suivi de 5 chiffres) apportent couleur et reflets.
Enfin, la bentonite est utilisée pour fluidifier la formule : c’est ce qu’on appelle un agent thixotrope.



Lorsque l’on applique un vernis classique, il est sous forme liquide. Une fois sur l’ongle, les solvants vont s’évaporer créant ainsi une pellicule colorée, solide et brillante.

Le semi-permanent Green Flash et la lumière

La formule des semi-permanents ressemble beaucoup à celle des vernis classiques. Néanmoins, elle est un petit peu plus technique puisque le mécanisme de séchage est différent de celui des vernis Green.

Les vernis Green Flash contiennent, en plus, des oligomères : ces molécules réagissent avec les UV émis par la lampe et se lient les unes aux autres, formant un réseau polymère.



Résultat : après cette réaction chimique, on obtient une couche de vernis complètement solidifiée ; on dit que la formule catalyse ou qu’elle polymérise. Couplée à l’évaporation des solvants, cette réaction permet d’obtenir un séchage rapide.

Pour en savoir plus sur le Green Flash et sa formule, découvrez notre article Green Flash : qu’a-t-il de plus ?

Et le dissolvant, comment ça marche ?

Le principe du dissolvant consiste à faire passer une couche de vernis solide sous forme liquide pour mieux l’éliminer.

Dans le dissolvant Green, c’est le diethyl succinate qui va permettre cette liquéfaction du vernis.
Dans le dissolvant Green Flash, on utilise les solvants à la base de la formule des vernis : le butyl acetate et l’ethyl acetate.



Des questions ? Ecrivez-nous en DM sur Instagram : la team Manucurist se fera un plaisir de vous répondre.

Produits cités dans l'article

Sur le même sujet